Spread !

Tiens, est-ce que ce blog aurait l’ambition de traquer les mots à rien de la politique étrangère ? Que nenni ! Spread est un mot, sinon français, utilisé couramment et même de façon assommante en France Métropolitaine. D’ailleurs, on ne parle pas ici du spread à l’anglaise, mais bien du « sprède ».

La préoccupation du moment donc, c’est le spread franco-allemand sur la dette. Kesako ? Pas grand-chose de neuf rassurons-nous : le spread désigne seulement un écart. Alors oui, l’écart se creuse entre le niveau respectif des dettes allemandes et françaises. Mais pourquoi ne pas le dire si simplement et en Français ?

La réponse coule de source, comme souvent avec les anglicismes : un mot qui claque permet en premier lieu de donner de l’assurance, même dans les cas les plus désespérés où la maîtrise des événements nous a échappé. Ensuite et surtout, ça permet de changer la focalisation. Si je parle de d’écart, je suis obligé de nommer l’objet qui se rapporte à cet écart. Ici on peut se contenter de dire que le problème, c’est le spread. Une manière intelligente de s’épargner les reproches de tous ceux qui n’iront pas chercher plus loin.

Ca permet en quelque sorte de créer un « gap…

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestDigg thisEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *