L’hommage aux morts

La partition est connue d’avance, par les musiciens autant que par le public avidement mélomane de cette musique. Pourtant, et c’est là qu’on voit les miracles de l’interprétation: au delà de l’apparent unisson de l’unanimité se révèlent les solistes, souvent pour le pire il faut bien l’avouer. Et l’on s’étonne que l’unisson résiste à la médiocrité des tentatives de chacun pour se distinguer… Franchement, je préfère me taire…