Nous n’avons fait que fuir…

Le soleil a fui la Karl-Marx Allee. Il a allongé le pas sur la longue allée au fur et à mesure de la journée. Il est 19h, et malgré l’été l’ombre a pris le dessus. Il ne reste rien de la promesse du matin.

Crépuscule sur la K-M Allee

La nuit qui s’étend sur la Karl-Marx Allee met en lumière l’usure anormale d’un illusoire rêve de puissance collectiviste. A travers les rustines apparentes et grossières, c’est l’abandon qui est ici mis en scène.

Grandeur et misère de la K-M Allee

Sur la Karl-Marx Allee, le parcours d’Est en Ouest reproduit encore, à l’échelle d’une journée, à la fois la fracture et le mouvement de fuite de l’histoire de l’Europe. Malgré la victoire apparente, je vois bien depuis la Frankfurter Tor que l’Ouest triomphe d’un match qu’il n’a remporté qu’en son propre crépuscule.