Sommes-nous tous ?

Non, nous ne sommes pas tous des palestiniens, quoi qu’en disent les slogans des manifestations dans l’hexagone. Pas seulement parce que c’est faux sur le plan factuel; mais aussi et surtout parce que ce cri montre, en même temps que notre solidarité, l’étendue de notre impuissance. Nous pouvons prétendre l’être, être nombreux et même très nombreux à le faire, nous savons pertinemment que ça n’y changera rien.

Lire la suite

le Purgatoire des vivants

C’est comme un jour de deuil. Mais un deuil où la victime n’aurait pas de visage, pas de nationalité, pas de corps… Mais un âge : 67 ans.

Il n’est pas simple de pleurer un mort toujours en devenir, dont la mort se superpose à une multitude d’autres morts, qui ont eux un corps, un âge et une histoire, mais ne peuvent pas se défendre contre l’utilisation qui est faite de leur calvaire.

Ce n’est pas Günter Grass qui meurt (pas encore) avec cette nouvelle polémique enflammée; ce qui meurt, une fois de plus, est la possibilité de faire de l’histoire les bases d’une concorde à venir, la possibilité de voir glisser les peuples vers un âge adulte de plus en plus improbable.

Günter Grass a au moins le mérite par ses interventions de faire sortir du bois toute la bêtise du monde, et de tous les côtés simultanément. Les antisémites enragés et les partisans de la disparition d’Israël ne ratent pas une occasion de se l’approprier (à tort); les sionistes français enragés, ceux qui ont le courage d’appeler à une guerre sans merci  à 3000km de Jerusalem, triomphent dans leur obsession d’un antisémitisme renaissant (à tort); le gouvernement israélien, qui ne perd jamais une occasion de blanchir sa propre responsabilité par le discrédit jeté sur toute parole critique; l’Allemagne enfin, ressort une fois de plus le martinet, tout entier dirigé vers elle-même… Mais après ?

Ce qui meurt un peu plus avec cette polémique, c’est l’émergence d’une Raison commune, chacun se retranchant sur de minuscules et très personnelles raisons. Le gouvernement iranien ne manque pas d’alliés : chacun des protagoniste participe à la mesure de son importance, comme acteur de sa propre destruction.