La vie c’est siffler (la fin de la récréation)

Qui ne se souvient de cette légère frustration ressentie au moment où la cloche retentit, et met fin à l’éphémère moment bi-quotidien où, enfants, nous échappions pour quelques minutes aux règles énoncées ? gros mots, batailles, parler tous en même temps, crier, … Le défoulement avait le goût d’une transgression sans conséquences dont nous jouissions pleinement.

Est-ce de la même transgression dont il s’agit, quand des élus rivalisent de bassesse, cherchant l’affront pour nourrir l’affrontement jusqu’à ce que le chef « siffle la fin de la récréation », selon l’expression que se plaisent à répéter les journalistes ?

Où est la transgression, quand la division s’expose au vu et au su de millions de spectateurs, trop heureux de voir un peu d’animation ? Que signifie cette gratuité du jeu, normale chez les enfants et suspecte ici ? Ca résumerait ainsi la démocratie : la valetaille peut bien s’agiter au nom d’une nécessaire liberté d’expression, il n’y aura aucune autre rétribution démocratique à tout cela que d’avoir montré sa bouille et son mauvais caractère devant la caméra.

A la fin le maître , invariablement, « siffle la fin de la récréation ». On ne peut pas échapper à ce sifflement lorsqu’il se produit, alertés par la symphonie de gargarismes que produit l’expression dans la gorge d’éditorialistes pompeux…