(Non) Mariage pour tous

Oui au mariage pour tous, à l’adoption pour tous. Egalité des droits pour les hétérosexuels !

Nulle erreur dans l’affirmation ci-dessus : ce qui m’importe égoïstement le plus dans l’adoption du mariage pour tous et l’homoparentalité, c’est ma pomme d’hétéro ! L’orientation sexuelle étant ce qu’elle est, un non-choix, et la majorité des hétérosexuels (surtout les plus virulents) n’ayant pas le courage de s’avouer qu’il s’en est parfois fallu de peu, je dois bien reconnaître à quel point je suis fatigué du poids exagéré que la norme hétérosexuelle fait peser sur cette communauté de hasard.

Il y aurait là matière à un sacré catalogue (non, Frigide Barjot, le « sacré catalogue » ne fait pas référence à la compilation des âneries pseudo-catho que tu débites à longueur de semaine tout en affichant une vulgarité ordinaire à faire frémir la tapette la plus délurée). Un sacré catalogue, donc, dont je n’extrais que quelques exemples.

La femme qui ne veut pas d’enfant. Alors celle-là ! Elle affirme, haut et fort, qu’elle ne veut pas et ne voudra pas d’enfants. Elle a d’autres objectifs, d’autres envies. Pourquoi en parler ? Parce que celle-ci doit en développer, des arguments, y compris pour elle-même, pour faire rentrer ce positionnement dans un semblant de « normalité ». Tous les moyens sont bons, jusqu’au déni et à la mauvaise foi : il lui est nécessaire pour assumer son choix, de lui donner par avance un caractère irrévocable.

Le mâle hétérosexuel père de famille. Celui qu’on pourrait appeler « le pilier ». Celui qui a intérêt à « assurer », c’est lui. Il peut condescendre, par nécessité ou grandeur d’âme, à ce que sa femme travaille, qu’elle puisse elle aussi « se réaliser » (je ne sais pas si cette expression idiote est encore usitée). Mais au final, celui qui doit ramener la bécquée (surtout quand il y aune progéniture), c’est lui. C’est pour lui que le chômage est censé être le plus douloureux. La seule femme dont on peut comprendre qu’elle entre dans ce cas de figure, c’est la célibataire (qui est parfois la même que celle qui ne veut pas d’enfant : tragique cumul des mandats).

Le (La) célibataire assumé(e). Le célibat assumé, ça va un moment. C’est même un critère valorisant pendant un temps (pour les hommes surtout). C’est quand ça dure que ça pose des problèmes. Un(e) célibataire assumé, avec ou sans enfant, il est insupportable de l’imaginer épanoui et heureux quand on est un hétéro en couple. Si un autre modèle est possible, qu’est-ce que je fous là ?

Oiseau malade...

On pourrait continuer longtemps cette exploration. Ce que ça m’évoque, c’est que le poids de ce modèle unique qui perdure au mépris de toute réalité sociologique crée une misère sociale, fabrique une détresse psychologique probablement plus grande dans les couples hétéros que dans les couples homosexuels : les homos sont dans la lutte pour les droits, les hétéros sont dans l’inertie d’un modèle vendu comme normal sur la base de valeurs assez largement dépassées.

Alors oui, cent fois, mille fois oui ! Qu’en accordant le mariage pour tous et le droit à la PMA et l’adoption pour tous, on accorde indirectement aux hétéros, hommes et femmes, en couple ou célibataire, avec ou sans enfants, le droit à l’indifférence, le droit au choix.

Et puisque l’enfant et sa protection semblent être au centre de tout, que l’évolution du cadre juridique donne à chacun la possibilité de se déterminer en conscience sur son désir d’enfant, et non sous la pression normative d’un étalon vide : celui de la famille hétérosexuelle vivant dans la fidélité absolue. Il y a fort à parier que cela fera baisser significativement le nombre d’enfants malheureux faute d’avoir été désirés par DEUX parents, quels qu’ils soient.

Parole de mâle/hétéro/père de famille/en couple/fidèle !

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestDigg thisEmail this to someone

6 réflexions sur “(Non) Mariage pour tous

  1. Cette avancée sociétale pour les gays, sera une avancée des droits pour tous. Merci pour votre soutien.

  2. C’est ce que je pense aussi : c’est bien le problème de ce jeu de faux-semblants, où les extrémistes de tous poils tentent de faire croire qu’ils agissent pour l’intérêt de la société toute entière, alors qu’ils ne sont porteurs que d’un modèle minoritaire et dépassé… Oui, cette loi posera des problèmes nouveaux, qu’il faudra résoudre : la belle affaire, c’est le principe de tout processus d’évolution. Il faudrait leur parler du concept de « devenir », à ces gens-là : mais je ne suis pas sûr que quelqu’un qui hurle « les pédés aux bûcher » puisse s’ouvrir à la pensée de Deleuze…

  3. Le plus important, que ce soit pour un mariage ou pour un enfant, c’est l’amour. 2 hommes, 2 femmes, 1 homme et 1 femme, 2 hommes et 1 femme, on s’en fout :-)
    Merci pour ce post

  4. Pour citer un ami et grand amateur d’humour noir. Non au mariage pour tous, c’est la porte ouverture au mariage entre prêtre et enfants de cœur.

    Envoyé de mon Eglise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *