Le dernier sorcier des mots piquants…

Enflammé, enflammant, inflammable,
le dernier pirate de la poésie Jazz,
compose, impose sa poéjazzie,
Lubat et sa bande,
mettent la connerie Lubat que terre.

On suit les lubies de Lubat and co,
Lubat et sa bande ad’Oc qui
en vers et contre-ut tout
[dézinguent,
et scattent, et s’battent,
car qui se bat ne subit.

Les verbes du pro
faites qu’ils durent,
à cueillir au bord de la scène.
Ca pousse à la va comme il nous pousse
[Bernard,
par à coups, vrai chef.
Chapeau bas. Lubat.

Lubat

Bernard Lubat enflamme le Parc Floral… (extrait non représentatif)

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestDigg thisEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *